Un voyage au goût de gastronomie japonaise|Prefectured Okayama Misaki|MISAKI TOWN, OKAYAMA, JAPAN

Le Tamago Kaké Gohan,
une grande découverte
japonaise ?

Sushi, beignets tempura, nouilles râmen, bol
de riz garni don !
Nombreux sont les plats japonais
séduisants, mais selon certains,
il existerait
un plat de riz doré connu sous le nom de
"TKG = Tamago Kaké Gohan",
plat national
particulièrement apprécié des japonais.

Au milieu de la préfecture d'Okayama se
trouve
une commune joliment nommée
"Misaki" où,
paraît-il, beaucoup de gens
viennent de tout le Japon, que dis-je,
de
l'étranger, en quête de la saveur dorée.
Voir ! Savoir ! Savourer !
C'est pour
satisfaire ma curiosité que je suis venu faire
un reportage dans la fameuse ville de
Misaki dans la préfecture d'Okayama !
"Riz blanc × œuf cru", comment une
combinaison aussi
simple parvient-elle à
attirer tant de fans ?
Partons à la découverte des secrets de la
ville où se sont épanouis
le "Tamago kaké
Gohan de Misaki" ainsi que toute la culture
culinaire associée !
MISAKI TOWN OKAYAMA, JAPAN

MEMO.1

Ouah ! 70 000 visiteurs par an
Mais quel est donc ce fameux
Tamago Kaké Gohan que les
japonais sont prêts à attendre
des heures pour le déguster ?

Il est amusant de chercher soi-même son propre

Best of du Tamago Kaké Gohan.

Il est amusant de chercher

soi-même son propre

Best of du Tamago Kaké Gohan.

La préfecture d'Okayama, également appelée la

province ensoleillée, au milieu de laquelle se

trouve la commune de Misaki.

On dit que beaucoup de gens viennent de tout

le Japon, que dis-je, du monde entier dans

cette commune de 14 000 habitants, pour le

"TKG = Tamago Kaké Gohan".

Un chiffre qui s'élève tout de même à 70 000

personnes par an !

S'il existe plusieurs restaurants proposant du "TKG =

Tamago Kaké Gohan" à Misaki, chacun aurait sa

propre façon de le déguster ou sa recette originale.

Comment une combinaison aussi simple peut-elle

avoir une telle profondeur ?

Mais ne serait-ce justement pas pour ça que sa

saveur est sans limite ?

MEMO.2

Pourquoi Misaki est-elle "la terre sainte
du Tamago Kaké Gohan" ?
Qui est la personnalité locale qui
a permis la
diffusion dans tout le Japon
du "Tamago Kaké Gohan" ?

Le keiran'aé qu'il a mangé

au début de l'ère Meiji serait

l'ancêtre du Tamago Kaké Gohan.

Il a bel et bien existé un personnage qui a

contribué à la diffusion du Tamago Kaké Gohan.

Il s'agit du journaliste de l'ère Meiji M.

Ginkô Kishida (1833-1905).

Ginkô Kishida est justement né à Tochibara à

Misaki (qui correspond à l'ancien village de

Nakahagatani, dans le comté de

Kumehokujô-gun).

Dans le numéro d'août 1927 du magazine Edo

seikatsu kenkyu Suisei, il existe un article selon

lequel "Ginkô Kishida aurait mangé du Tamago Kaké

Gohan au début de l'ère Meiji",

et le keiran'aé mentionné dans ce passage,

serait l'ancêtre de l'actuel Tamago Kaké Gohan.

Il existe également un mémorial en son

honneur à Misaki.

MEMO.3

Un chef-d'œuvre né à 400m d'altitude,
dans un paysage primitif japonais pictural,
le riz issu des rizières en terrasses ?

Ne trouve-t-on pas à Misaki les rizières en terrasses

d'Ohaga-nishi et d'Oyama qui figurent également

dans le classement des "cent plus belles rizières

en terrasses du Japon" qui sélectionne celles qu'il

faut conserver pour le futur !

Les rizières en terrasses ont une valeur historique

et culturelle importante, au point d'être surnommées

les "pyramides du Japon".

Parmi elles, dans le secteur d'Ohaga-nishi qui

s'étend sur 360° en forme de mortier sur toute la

vallée, s'étale un magnifique "paysage primitif

japonais" composé d'environ 850 rizières

en terrasses.

Le reflet doré du coucher de soleil sur la surface

de l'eau étincelante est magnifique !

Une eau de source et un ensoleillement

propres aux rizières en terrasses.

Chaque grain de riz abrite tous

les bienfaits de la nature.

Le riz des rizières en terrasses d'Ohaga-nishi qui pousse

en jouissant des sources de montagne et des bienfaits

du soleil, est tout simplement délicieux.

Son association avec un œuf est parfaite.

Un mariage sublime.

MEMO.4

Avec notamment le plus grand poulailler
de l'Ouest du Japon,
la "Misaki Farm",
sécurité et qualité.
Voilà la qualité
alimentaire japonaise !

Dans la "Misaki Farm", poulailler local, en plus de la gestion

sanitaire des poules et des poussins, les œufs fraîchement

pondus sont nettoyés à fond un par un par une machine qui en

effectue le lavage et la désinfection.

C'est pourquoi au Japon, on peut consommer tout à fait

normalement des oeufs crus en les savourant en toute sécurité.

Et l'autre point important est la "fraîcheur".

Un fois pondus, les œufs sont envoyés depuis la

ferme à l'usine adjacente où ils sont rapidement

emballés, puis livrés en magasin.

En outre, il paraît que pour préserver leur fraîcheur,

les œufs sont conservés à basse température

pendant leur transport.

La qualité japonaise dans toute son excellence !

Emballage instantané des œufs pondus

le jour-même dans le poulailler.

Seuls les œufs répondant aux exigeantes normes

de gestion seront servis en TKG.

Emballage instantané des œufs pondus

le jour-même dans le poulailler.

Seuls les œufs répondant aux exigeantes

normes de gestion seront servis en TKG.

MEMO.5

Le Tamago Kaké Gohan de
Misaki à
la saveur si profonde.
Il n'a rien à envier aux sushi,
tempura et autre râmen !

Les œufs qui contiennent de façon équilibrée des

protéines et des acides aminés essentiels de qualité,

sont riches en nutriments.

Par ailleurs, si on le sert en Tamago Kaké Gohan, à

cela vient s'ajouter le riz = "saveur sucrée" et le

shoyu = "saveur salée". Parmi les 5 saveurs (sucrée,

umami, amer, acide et salée), l'umami, le sucré et le

salé, c'est-à-dire les 3 saveurs instinctivement

appréciées, sont toutes les trois réunies.

Plus encore, le Tamago Kaké Gohan de Misaki, comparé à d'autres œufs consommables crus, est riche

en "UMAMI", ces éléments savoureux qui suscitent l'intéret du monde entier, tandis que l'harmonie de

ses saveurs est excellente. Un environnement d'élevage exigeant et une alimentation dont la formule

change en fonction des saisons ou de l'état physique des poules, sont sans doute à l'origine de cette

saveur. Tout en étant simple, il s'agit d'un plat à la saveur vraiment profonde qui n'a rien à envier à des

plats emblématiques du Japon comme les sushi, les tempura ou les râmen !

* Enquête réalisée par la société AISSY (2020)

* L'UMAMI est la 5ème saveur reconnue officiellement depuis quelques années

Le triangle

UMAMI × Saveur sucrée × Saveur salée.

La preuve indiscutable

de sa popularité mondiale !

Comment déguster
le Tamago Kaké Gohan
de Misaki ?

  • 1

    Goûtez à la matière première en prélevant
    une bouchée de riz au centre du bol.

  • 2

    Versez le TAMAGO (l'œuf) à l'endroit où
    vous avez prélevé la bouchée de riz.

  • 3

    Goûtez au jaune et au blanc d'œuf.

  • 4

    Mélangez à votre façon.

  • 5

    Savourez en ajoutant de la sauce
    originale de Misaki selon vos goûts

  • 6

    Si vous voulez en reprendre, vous n'avez
    qu'à crier "OKAWARI" à haute voix.
    * A Shokudo Kamecchi, les portions
    supplémentaires à volonté sont gratuites.

Sans aucun doute !
Le TKG est un miracle japonais !
Si vous voulez connaître le Japon,
commencez par visiter Misaki !

MISAKI TOWN MAP
NEWS

Un véritable café à ciel ouvert !?


Le très populaire restaurant "Shokudo Kamecchi"


a été entièrement rénové !


"Shokudo Kamecchi", l'un des restaurants de
Misaki où il est possible de déguster un
Tamago Kaké Gohan. Un restaurant
populaire grouillant de touristes et de
locaux. L'intérieur a été entièrement rénové
pour offrir un espace fraîchement lumineux
avec un comptoir en ginkgo et des tables en
cyprès.
Mais le Tamago Kaké Gohan à volonté y est
comme toujours disponible ! En outre, des
places en terrasse y ont été aménagées et
vous permettront de déguster des Tamago
Kaké Gohan à base de riz cuit dans un
chaudron original à même la table et d'"œufs
d'Ise" de qualité supérieure. Avaler un
Tamago Kaké Gohan encore tout chaud tout
en appréciant la nature de Misaki en plein
air. Quel plaisir luxueux !
Il y a beaucoup d'autres
lieux à voir à Misaki !
  • Parc Miyasumi, Minwa
    no mura, Minwakan
    Vous pouvez y admirer environ 5 000 cerisiers. A l'intérieur du parc, vous trouverez également des ateliers de teinture, de poterie, de travail du bois, de travail du bambou, de confection de papier, ainsi que des hébergements (Minwakan).
    Aller ici
  • Lac Asahikawa
    Au printemps, les cerisiers du bord du lac sont en pleine floraison et il est possible d'y pêcher le carassin ou la perche truitée.
    Aller ici
  • Mer de nuages
    Les mers de nuages qui possèdent la beauté d'un lavis dessiné par la nature, sont visibles de l'automne à l'hiver, les jours de beau temps.
    Aller ici
  • Le temple Ryosanji
    Le temple Ryosanji bâti au cœur de la montagne sacrée de Futagamiyama, est connu dans la province de Mimasaka comme étant le lieu sacré du bouddhisme ésotérique des montagnes.
    Aller ici
  • Les rizières en terrasses
    d'Ohaga-nishi
    Les paysages dessinés par les motifs en nervure que composent les rizières en terrasses avec des lignes particulières, sont magnifiques. Leur beauté change à chaque saison tandis qu'elles font partie des 100 plus belles rizières en terrasses du Japon.
    Aller ici
  • Le temple Honzanji
    Un trésor du patrimoine culturel qui concentre des biens culturels importants nationaux et départementaux comme la pagode à trois étages ou le bâtiment principal. Le plus vieux temple de la province de Mimasaka.
    Aller ici
  • Parc de la mine
    Yanahara Fureai
    Aménagé sur le site de la gare de triage de Kichigahara de l'ancienne ligne de chemin de fer de Katakami, il vous donnera une idée de l'aspect qu'avait la mine vers 1955. La gare et un train d'époque sont toujours sur place.
    Aller ici
  • Centre des produits
    locaux de Misaki
    Toute une gamme de fruits et légumes frais produits localement, de plantes ou de produits agricoles transformés disponibles toute l'année.
    Aller ici

ACCESS

Si vous venez en bus
  • Depuis Tsuyama en bus……environ 30 minutes
  • Depuis l'aéroport d'Okayama Momotaro
    en bus aéroport……environ 60 minutes
Si vous venez en train
  • Jusqu'à la gare de Kamenokô depuis
    Tsuyama sur la ligne JR Tsuyama

    ……environ 15 minutes

  • Jusqu'à la gare de Kamenokô depuis
    Okayama sur la ligne JR Tsuyama

    ……environ 60 minutes

Si vous venez en voiture
  • Osaka (Ikeda I.C) → Autoroute Chugoku → (Tsuyama I.C)
    ……environ 120 minutes
  • Hiroshima (Hiroshima I.C) → Autoroute Chugoku →
    (Innosho I.C)……environ 150 minutes
  • Shikoku (Kochi I.C) → (Okayama I.C) → RN 53 →
    ……environ 180 minutes
  • Yonago (Yonago I.C) → Autoroute Yonago → (Innosho I.C)
    ……environ 70 minutes
  • Sur la RN 53 depuis Tsuyama

    ……environ 20 minutes

  • Sur la RN 53 depuis Okayama

    ……environ 70 minutes

  • Depuis l'aéroport d'Okayama Momotaro
    ……environ 50 minutes